août 16, 2006

Marco Corona

Suite à la sortie chez les libraires du premier volume de "Reflets", Le Kangourou Pugiliste, pour la collection Ignatz, Marco Corona partage ses idées, ses doutes et ses envies.


"L’histoire, qui va s’étendre sur trois volumes, raconte les désillusions en tant que conséquence directe de nos désirs. Plus le désir est grand, plus grande sera la désillusion. Je ne vais pas en dire plus, je vous laisse jeter un coup d’œil aux dessins. Vous y trouverez peut-être quelques indications complémentaires sur ce que j’essaie de raconter.

Au départ « Reflets » devait être un court-métrage d’amateur. Mais l’enregistrement a été interrompu à cause de la mystérieuse défection de l’acteur principal lors du tournage. Le fil conducteur, suite à quelques modifications, est devenu l’intrigue de « Reflets ».

Le premier volume aurait dû être bichromié, mais au fur et à mesur que l’intrigue et l’encre de chine me coinçaient dans un tourbillon imaginaire, j’ai trouvé superflu l’ajout d’une autre couleur. Le deuxième tome sera bichromié, j’ai affûté le trait de chine pour laisser une plus grande surface sur laquelle coucher l’aquarelle. Aucun choix n’a encore été fait pour le troisième volume. Du point de vue de l’histoire, il faudrait un retour au noir et blanc, mais la coloration m’amuse vraiment.

« Reflets » n’est pas une vieille histoire cachée dans un tiroir. Il s’agit plutôt d’un vieux tiroir où se cachaient les vieilles histoires et qui m’a permis de créer « Reflets », suite logique de mes histoires et de mes brouillons passés.

L’histoire a été conçue pour la collection Ignatz, oui. Je l’ai divisée en trois parties auto conclusives que l’on peut lire indépendamment des autres, mais qui, ensembles, se complètent et se dilatent, formant ainsi une seule et unique histoire. J’aimerais gagner la confiance d’un lecteur qui, entrant dans une librairie et feuilletant par hasard le premier volume de « Reflets », ait envie d’acheter le deuxième. Je pense aussi à un autre lecteur qui feuillette par hasard le deuxième volume (car le premier est épuisé), j’ai voulu éviter le sentiment frustrant d’avoir entre les mains une histoire déjà commencée. Et un troisième lecteur qui, après avoir lu le troisième tome, soit assez curieux pour revenir en arrière.

J’ai déjà écrit toute l’histoire, ensuite je l’ai divisée en trois parties… mais je m’y affectionne de plus en plus et j’aimerais la continuer… disons que, pour l’instant, elle se termine avec le troisième volume."

6 Comments:

Anonymous AlainBD said...

Oué! Vous voilà de nouveau! Enfin enfin! Bon retour!!

12:13 PM  
Blogger Edith said...

Contente d'avoir de vos nouvelles ! Mais rassurez-moi, "Je pense aussi à un autre lecteur qui feuillette par hasard le deuxième volume (car le premier est épuisé)" c'est une supposition, le premier tome vient de sortir en librairie, il ne peut pas être épuisé ! À ce sujet, je voulais savoir si vous prévoyez des rééditions pour les albums épuisés.
En ce qui concerne cette nouvelle parution, j'avoue que ce petit avant-goût m'a donné envie d'aller voir ça de plus près ! Merci !

7:54 PM  
Anonymous Jacque said...

Vous avez la liste des points de vente quelque part ? Parce que malheureusement toutes les librairies n'ont pas du Vertige Graphic dans leurs rayons !

12:45 PM  
Blogger Coconino Press France said...

Bonjour Jacques,
tres bientot nous allons publier sur le blog la liste des points de vente en France.

8:37 PM  
Anonymous presquejamais said...

> edith : je pense que les administrateurs du blog ont reporté une interview dans laquelle Corona parlait de l’édition italienne de cette BD, qu’en France n’est pas du tout épuisé vu que je viens tout juste de l’acheter.

En tout cas c’est sublime ! Les décors, l’ambiance, la narration, tout. J’ai hâte de découvrir la suite !

5:03 PM  
Blogger Coconino Press France said...

Désolé pour le malentendu, mais la parenthèse du "volume épuisé" était à inclure dans la supposition que faisait Corona dans son interview. Je vous rassure, le premier volume de Reflets n'est pas encore épuisé.

6:39 PM  

Enregistrer un commentaire

<< Home