mars 01, 2006

manifeste de la bande dessinée nomade (suite et fin)

De l’Europe à l’Amérique, en passant par l’Afrique et le Japon, j’ai discuté avec des auteurs et des amis pour qu’ils s’impliquent dans cette aventure graphique, existentielle, narrative. Il y a beaucoup d’auteurs qui s’ajouteront à ceux que nous avons cité jusqu’ici.

Cette rédaction mobile et nomade offrira le fruit d’un langage métissé, un esperanto graphique que nous espérons mature, dans de nouveaux et intéressants chapitres d’une narration qui aujourd’hui, malgré ce que l’on pourrait croire, n’en est qu’à ses débuts. Des revues d’auteur pour une première publication, pourquoi pas ? Une opportunité de voir en termes moins solennels le magma vital duquel naissent les travaux, les œuvres. Il n’y a plus qu’à se retrousser les manches. Pensant à la grande liberté et l’imagination de l’immense George Herriman, à qui cette collection, nous l’avons déjà dit, est idéalement dédiée.

Igort, Paris, janvier 2006.


1 Comments:

Anonymous Anonyme said...

Best regards from NY! film editing schools

12:25 PM  

Enregistrer un commentaire

<< Home